×

FORGOT YOUR DETAILS?

Intégration Energétique par Jack Painter

/ / Diverse Achtergrondartikels
[:nl]JackSession

L’Intégration Energétique

Par Jack W. Painter, PhD

La respiration est une fonction normale, essentielle dans notre vie. Nous nous préoccupons de ce que nos voies respiratoires, les tubes bronchiques, les poumons, Ie diaphragme et les autres parties de l’appareil respiratoire soient en bonne santé et fournissent l’échange nécessaire d’oxygène et de dioxide de carbone. Nous nous engageons même dans des programmes d’aérobique et de thérapie physique pour améliorer Ie fonctionnement de notre système respiratoire. Il est certain qu’une amélioration de notre système respiratoire améliorera notre métabolisme, notre force et notre endurance, elle aura aussi des effets bénéfiques sur notre bien être émotionnel et notre efficience mentale.

La respiration, clé de la vitalité et de la puissance

Ces aspects de la respiration, aussi importants qu’ils puissent être, ne comportent pas la capacité respiratoire qui est la clé d’une vitalité profonde et pleine. Voyez ce phénomène étonnant qu’est Ie “second souffle”. La plupart d’entre nous l’ont expérimenté pendant les jeux et les sports vigoureux de notre jeunesse. Juste au moment de l’épuisement, lorsque nous haletons, suffoquons, tout à coup notre respiration devient facile, et nous bougeons presque sans effort, portés par une force particulière. Pourtant, nous sommes conscients de nos limites et savons que si nous exagérons, nous serons vite épuisés. Aussi longtemps que nous maintiendrons cette respiration particulière, nous pourrons accélérer ou ralentir notre activité, et maintenir un maximum d’efficacité dans Ie mouvement. Notre force restera disponible et durable.

Lors du second souffle, toutes nos fonctions physiques, émotionnelles et mentales s’unissent pour produire une vitalité extraordinaire. Nous retrouvons d’autres exemples de cette vitalité dans notre vie : des moments d’amour ou d’intimité particuliers, Ie peaufinage d’un travail bien fait, une danse harmonieuse, un goût délicieux, l’abandon à une émotion longtemps refoulée. Que ce soit un soupir, un silence ou un murmure, notre respiration sort alors sans hésitation du fond du torse, même du cou et de la tête, et aussi du bassin et des jambes.

Avec cette respiration libre, nos sentiments et nos pensées circulent aisément, avec une clarté inhabituelle. Il y a une sorte de plénitude et d’unité en nous, où notre corps, nos émotions, notre esprit se synchronisent en une harmonie particulière. Nous comprenons que notre souffle est une clé essentielle à l’unification de nos forces intérieures.

En Intégration Energétique, une thérapie psychocorporelle qui a pour but la rencontre des besoins de chaque client, Ie praticien travaille avec la respiration du client pour ouvrir la voie à cette plénitude et à cette force. Pour relaxer et mobiliser Ie corps, pour contacter des émotions profondément refoulées, pour aider les gens à mettre Ie doigt sur des sentiments et des pensées qui accablent : dans tous ces cas, le travail sur la respiration est un instrument indispensable et puissant.

Un circuit plein d’énergie

En considérant les mécanismes de la respiration, la structure de l’inspiration et l’expiration, nous découvrons que la respiration nous conduit vite et profondément en nous-mêmes. A la base, l’inspiration est une voie pour se charger, tandis que l’expiration est une voie pour se décharger. C’est par la capacité à emmagasiner ou à disperser notre énergie que nous prenons contact (ou que nous n’y arrivons pas) avec notre complétude. En respirant, nous retrouvons en petit la structure de notre vie – la façon dont notre énergie naît, s’enfle demeure, s’affaiblit et atteint une espèce de résolution. Quand nous sommes “total”, en contact avec nous-mémes et avec notre environnement, nous passons à travers un cycle naturel de charge-décharge. Nous construisons notre réservoir d’énergie jusqu’à une certaine limite, nous l’employons, puis nous recommençons à remplir notre réservoir.

La formule de Wilhelm Reich pour ce mouvement de vague ou de pulsation -tension, charge, décharge, et relâchement- nous donne un point de départ pour élaborer et décrire un processus plus riche et plus détaillé. Chacun de nous crée périodiquement des cycles compliqués, à partir de l’enchaînement, de la confusion des désirs, des impulsions, des hésitations, des frustrations, des arréts, des retraits, des hauts et des bas qui caractérisent notre vie quotidienne.

Le praticien en Intégration Energétique aide la personne à expérimenter ce cycle énergétique, à mieux comprendre et à contrôler les différents systèmes qu’il utilise pour maîtriser ce flux incessant d’énergie : nos tendances à Ie décharger rapidement, à être trop peu chargé, à Ie faire de manière explosive, ou à répéter sans cesse le même type de cycle.

L’être sain permet au cycle énergétique charge/décharge de se faire complètement. En stimulant notre excitation, nous atteignons un point où nous pouvons la décharger totalement, où il n’y a pas un reste d’énergie sous forme d’anxiété. Donc, nous pouvons vivre Ie cycle énergétique en règlant notre énergie selon nos besoins, et être capables de la charger ou la décharger totalement, libérés des blocages dus à la société.

Contre-courants

Accepter d’exprimer sa propre énergie n’est pas suffisant si on ne se rend pas compte des exigences et du stress de notre environnement. Dans la vraie nature de notre flux, il y a des courants qui vont en sens divers et qui se croisent. Ils sont essentiels pour notre vitalité et notre complétude. La question n’est pas de savoir si nous pouvons en être libérés, mais plutôt dans quelle mesure; à travers I’interaction avec les besoins et les exigences des autres, nous apprenons sans cesse à absorber, transformer et rediriger ces forces opposées.

Nous voyons que dans toute manifestation de notre activité énergétique, qu’elle soit physique, émotionnelle ou cognitive, il apparaît tôt ou tard des limitations, des forces opposées qui deviennent partiellement des structures inconscientes psychocorporelles. Des contre-pulsations, les chocs qui se propagent à travers notre musculature, deviennent des tensions chroniques diaphragme tendu, bassin en retrait, mâchoires serrées. Une peine insoutenable se transforme en couches successives d’émotions réprimées : fierté avalée, un coeur souffrant, une colère contenue. Notre pensée, en une grandiose tentative pour atteindre la clarté et la certitude, se trompe elle-même -schémas trop ambitieux de réforme individuelle et sociale, fantasmes de clarté omnisciente concernant nos sentiments et notre corps, efforts pour rendre nos théories plus complètes et cohérentes.

En travaillant avec un praticien d’lntégration Energétique, nous rencontrons dans notre corps et notre esprit de tels pavés sur l’ouverture à notre vitalité. Ils sont là parce que la croissance et l’expansion de notre énergie requièrent cette opposition. Les tensions musculaires étranglent Ie mouvement mais deviennent aussi leur force de propulsion. La colère peut être destructrice mais aussi transformée en énergie positive. La connaissance peut être dogmatique, mais aussi une porte vers l’ouverture et Ie partage vers d’autres possibilités. La continuité de notre énergie dépend de cette opposition. Notre guérison et notre transformation se trouvent dans l’interaction et l’assimilation de ces courants qui nous sont les plus opposés.

Nous avons besoin de la stimulation et de l’enrichissement de la cascade inévitable d’énergies conflictuelles qui se heurtent à nous, depuis la naissance et même avant. Dans la crainte de la peine et de la confusion, nous traitons souvent ces forces en les niant, en les réprimant ou en les déformant. Pendant notre enfance, nous construisons des systèmes de protection pour maintenir ces “menaces” en dehors de notre énergie.

Nous pouvons Ie voir dans notre corps: si je suis en alerte perpétuellement, mes tissus et mes muscles deviendront chroniquement contractés. Si j’ai peur de réagir contre la peine qui pourrait suivre, je deviens mou et sans réaction. Nous pouvons voir que lorsque notre système de protection naturel (bien qu’il ne nous convienne plus), devient une partie habituelle de notre corps et de nos attitudes, nous avons développé une armure contre “vivre le moment présent”.

Reich a vu que cette armure forme des segments rigides autour du corps. Notre mouvement naturel spontané, une vibration délicate d’énergie et de sensations circulant à travers Ie corps, est rompu par ces segments immobiles autour des yeux, de la bouche, de la gorge, de la poitrine, du diaphragme, du ventre et du bassin. Chaque bande d’armure contient une part de notre personnalité, notre façon habituelle de réagir avec nous-mêmes et la société. Reich considère l’armure comme une rigidité dans la réponse émotionnelle, accompagnée de tensions musculaires. Mais l’armure peut aussi être insensible et devenir un tissu mou et flasque. Dans ces deux cas, nous supprimons, dans une large mesure, la conscience de nos attitudes que nous avons enfermées dans Ie corps et l’esprit.

Ce sont des segments ou bandes d’armure, et il est clair que la façon dont nous créons ces bandes, par exemple plus autour d’un bassin en arrière et des épaules tombantes, ou plus autour d’un dos rond et un cou trop tendu. Tout ceci concerne une structure qui a pris forme dans notre enfance. Ces structures révèlent notre structure caractérielle, l’attitude générale rigide que nous avons soigneusement développée pour confronter les forces de la vie.

Les limitations et la liberté de la personnalité

Beaucoup de chercheurs ont été intrigués par la structure de la personnalité. Leurs investigations ont créé un réseau élaboré, divers, souvent déconcertant de types de classifications des défenses individuelles : oral, schizoïde, psychopathe, masochiste, rigide, phallique, paronoïde, etc. Quelle que soit l’étiquette ou la définition données, ce qui est Ie plus important, C’est que l’individu commence à expérimenter sa structure de défense.

Dans Ie but de libérer nos blocages et de revendiquer notre vitalité totale, nous devons découvrir comment nous construisons nos bandes d’armure en un système général de défense contre la douleur, en une structure très profonde et rigide utilisée pour nous amoindrir nous-mêmes, ces chemins qui répétitivement et toujours à un certain degré inconsciemment, nient ces pensées et émotions réelles qui nous aideraient à nous laisser aller plus facilement.

Avec l’aide du praticien en Intégration Energétique, je peux commencer à explorer de quelle manière je suis un mélange de différentes structures. Par Ie travail sur ma respiration et sur Ie tissu défensif des segments de mon armure, peut-être vais-je voir combien j’ai porté tôt dans ma vie de lourdes responsabilités, contractant et retenant une grande charge, peut-être explosive, à l’intérieur de moi et combien cette partie de moi est si rigide que je peux me dire “masochiste”. Et si Ie praticien continue à aider, je commence à découvrir un besoin encore plus ancien, une partie presque désespérée de moi-méme qui n’est jamais satisfaite, que je peux considérer comme “orale”. Ces étiquettes sont des repères temporaires qui aident à explorer et à interpréter notre personnalité, et qui peuvent être changés ou rejetés quand ils ne correspondent pas à notre expérience.

Le praticien est là pour aider Ie client à expérimenter, interpréter et accepter ces structures rigides, avec cette connaissance, ouvrir un nouveau chemin plus flexible et plus vivant dans sa manière de vivre. Avec l’aide du praticien, nous pouvons jouer avec des structures en les essayant et en les changeant pour d’autres.

La découverte des structures n’est pas simplement une prise de conscience cognitive. Ma reconnaissance consciente me parvient à travers des actes énergétiques et est autant cognitive qu’affective. La conscience de notre structure caractérielle, de notre système de défense, se déploie et est créée par un dialogue qui nous rend conscients de ce que nous avons caché à l’intérieur de nous, en devenant conscients que de nouvelles attitudes, émotions et actions sont disponibles pour nous.

Une partie de cette découverte, de ce dialogue intérieur commence par une session individuelle avec un praticien. Ce qu’on appelle “lecture du corps” ou mieux “lecture psychocorporelle” n’est pas réellement une “lecture” de la structure du client par Ie praticien. C’est plutôt un cadre dans lequel Ie praticien soutient Ie client à découvrir un réseau d’énergie et d’émotions qui lui révèlent des aspects de lui-même sous-jacents et partiellement câchés.

Un programme systématique et individuel

Puisque chacun de nous a une histoire unique faite de joie et de peine, de succès et d’échec, nous avons chacun notre schéma de défense caractérielle. Pour lâcher notre amure, et commencer à ressentir notre puissance et notre flexibilité, nous avons besoin d’une guidance individuelle, d’un processus de découverte progressive de notre potentiaIité. Le praticien d’Intégration Energétique est là, travaillant simultanément sur la respiration, Ie corps, l’émotion, les pensées, mais aussi en encourageant Ie corps-conscience à se défaire de ses noeuds compliqués.

Le processus comporte trois phases, une phase de mobilisation, une plus profonde de confrontation et de résistance, et une phase finale d’intégration.

Mobilisation. Dans la phase initiale, Ie praticien aide Ie client à mobiliser et à faire circuler Vénergie et les émotions. Peut-être faut-il charger les parties qui manquent d’énergie -“nourrir” une poitrine creuse, remplir des jambes maigres, revitaliser des poches de tissu vides. Ou peut être décharger des excès -relâcher des tensions refoulées dans les épaules et Ie cou, encourager un cou raide à se laisser aller, relaxer des fesses contrôlées.

Relâchement. Une fois que l’énergie est mobilisée, avec plus de charge et de décharge dans la majeure partie du corps, Ie client arrivera sur une résistance plus profonde, la structure subtile et vaste de sa défense caractérielle. Ici, les praticiens respectent les besoins du client, en ne confrontant pas les souffrances les plus profondes tant qu’il n’y a pas de confiance et de sécurité. Le processus graduel de décharge devient de plus en plus complet jusqu’à l’expérimentation du relâchement de l’énergie bloquée profondément, et une prise de conscience plus profonde de ses anciennes structures. Un monde merveilleux de liberté s’ouvre : on se sent présent, en contact avec soi et avec les autres.

Intégration. Les tissus deviennent plus souples, Ie mouvement plus souple. Les émotions se libèrent plus facilement et coulent l’une dans l’autre. Cependant, dans cette phase d’élargissement de réponses et d’actions possibles, il peut y avoir de la confusion. De nouveaux sentiments sont présents et doivent être traduits en comportements quotidiens. De nouvelles idées doivent trouver de nouvelles conclusions. Lorsque nous changeons fondamentalement, du temps est nécessaire pour intégrer Ie nouveau dans l’ancien. Le travail de respiration est maintenant plus facile et plus méditatif. Les mouvements, sensations et émotions sont synchronisés en un délicat flux sensuel connecté.

Durant ces phases, le praticien emploie un nombre de stratégies variables. Souvent il est important de travailler les segments du haut -ceux autour des yeux, de la bouche et de la gorge-, avant de relâcher les blocages du ventre et du bassin. Si la colère et la tristesse de notre sexualité explosent vers Ie haut du corps sans une voie d’expression libre à travers la gorge, la bouche et les yeux, nous pouvons, avec grande frustration, repousser encore cette bouffée d’émotion et d’énergie vers Ie bas. Une fois que nous pouvons nous exprimer totalement d’en haut, la circulation d’énergie à partir du bas peut être complète. Le désir dans Ie bassin peut rejoindre la réceptivité du coeur dans un cycle complet de circulation d’émotions.

La puissance extraordinaire de I’Intégration Energétique est due à la volonté du client et du praticien de travailler de nombreux niveaux en même temps. Lorsque moi, praticien, je rencontre le corps avec mes doigts et mes mains, chargeant et déchargeant l’énergie dans les segments de l’armure, je regarde mon client dans les yeux. Et quand je touche doucement ou que je stimule, je demande à la personne de partager avec un son, un mouvement et des mots ce qui est senti, touché ou pensé. En maintenant Ie contact, ce partage avec Ie praticien peut être flexible, assez pour changer l’intensité du travail et rencontrer les demandes de changement de la personne entière. Praticien et client travaillent ensemble, tantôt physiquement, tantôt avec les mots, tantôt avec la respiration et les sons, en reconnaissant continuellement l’unité physique, émotionnelle et cognitive. du processus. Ce partage est spécialement important si Ie client est aidé à restructurer les anciens comportements rigides du caractère, et à réexpérimenter et accepter ces parties fragiles, puissantes et belles de lui-même, qui ont été reniées depuis la petite enfance.

Intégration énergétique et Intégration Posturale

L’Intégration Posturale, comme I’Intégration Energétique, est une approche totale, unifiée du travail psychocorporel. Les deux travaillent la respiration, l’émotion, l’esprit, Ie tissu corporel et Ie mouvement pour l’accès à la liberté et à la vitalité de l’individu. L’Intégration Energétique met l’accent sur la libération et l’intégration de l’énergie bloquée dans la structure caractérielle de l’individu. L’Intégration Posturale relâche systématiquement et organise les couches de fascia qui enveloppent Ie système musculaire.

L’Intégration Posturale est un processus graduel : pendant les sept premières étapes, les jambes, Ie bassin, Ie tronc, les bras et la tête sont chacun profondément relâchés, et au cours des trois dernières étapes, ils sont soigneusement remis en harmonie les uns avec les autres. Pendant les mouvements profonds du praticien dans les fascia -avec les doigts, les poings, les jointures et les coudes- un remarquable phénomène apparaît : Ie tissu devient nettement plus souple, plus consistant, élastique, et aussi plus malléable. Ceci peut être ressenti depuis la surface de la musculature jusqu’aux tissus les plus profonds. Avec ce relâchement, Ie corps commence à trouver de nouvelles proportions. Des hanches larges deviennent plus étroites, de petites poitrines s’élargissent, des troncs s’allongent, des visages se relàchent, des fesses se remplissent et s’arrondissent. En même temps, les émotions et les pensées deviennent plus ancrées.

L’Intégration Energétique et l’Intégration Posturale sont très semblables dans leurs buts et leurs méthodes. La différence est une question d’accent. Dans l’Intégration Energétique, l’accent est mis sur la régulation du cycle énergétique et la restructuration de la personnalité. Les manipulations du tissu aident à charger ou à décharger les segments de l’armure. Dans l’Intégration Posturale, L’accent est mis sur Ie travail systématique de relâchement et d’organisation des épaisses couches de fascia, sur l’ouverture et l’équilibre de la posture, tandis qu’en même temps, la respiration et l’émotion se libèrent.

Les personnes qui sont attirées par un travail profond dans leurs tissus corporels peuvent trouver dans l’Intégration Posturale un point de départ naturel, tandis que d’autres, plus attirées par l’expression énergétique et émotionnelle, peuvent trouver que l’Intégration Energétique leur convient mieux. Dans les deux approches, cependant, il y a finalement une approche unifiée et holistique du corps et de l’esprit, du tissu corporel, de la respiration, du mouvement, des émotions, des pensées et des attitudes.

Pour plus d’informations contactéz

Dirk Marivoet, Formateur en Intégration Energétique agrée par l’ICPIT

Institut pour l’Intégration du Corps-Conscience

Destelbergenstraat 49-51

B-9040 GAND (Belgique)

Tel / Fax : +32 9 228 49 11

e-mail: info@bodymindintegration.com

Pour la formation: www.bodypsychotherapy.info[:en]JackSession

La respiration est une fonction normale, essentielle dans notre vie. Nous nous préoccupons de ce que nos voies respiratoires, les tubes bronchiques, les poumons, Ie diaphragme et les autres parties de l’appareil respiratoire soient en bonne santé et fournissent l’échange nécessaire d’oxygène et de dioxide de carbone. Nous nous engageons même dans des programmes d’aérobique et de thérapie physique pour améliorer Ie fonctionnement de notre système respiratoire. Il est certain qu’une amélioration de notre système respiratoire améliorera notre métabolisme, notre force et notre endurance, elle aura aussi des effets bénéfiques sur notre bien être émotionnel et notre efficience mentale.

 

La respiration, clé de la vitalité et de la puissance

 

Ces aspects de la respiration, aussi importants qu’ils puissent être, ne comportent pas la capacité respiratoire qui est la clé d’une vitalité profonde et pleine. Voyez ce phénomène étonnant qu’est Ie “second souffle”. La plupart d’entre nous l’ont expérimenté pendant les jeux et les sports vigoureux de notre jeunesse. Juste au moment de l’épuisement, lorsque nous haletons, suffoquons, tout à coup notre respiration devient facile, et nous bougeons presque sans effort, portés par une force particulière. Pourtant, nous sommes conscients de nos limites et savons que si nous exagérons, nous serons vite épuisés. Aussi longtemps que nous maintiendrons cette respiration particulière, nous pourrons accélérer ou ralentir notre activité, et maintenir un maximum d’efficacité dans Ie mouvement. Notre force restera disponible et durable.

 

Lors du second souffle, toutes nos fonctions physiques, émotionnelles et mentales s’unissent pour produire une vitalité extraordinaire. Nous retrouvons d’autres exemples de cette vitalité dans notre vie : des moments d’amour ou d’intimité particuliers, Ie peaufinage d’un travail bien fait, une danse harmonieuse, un goût délicieux, l’abandon à une émotion longtemps refoulée. Que ce soit un soupir, un silence ou un murmure, notre respiration sort alors sans hésitation du fond du torse, méme du cou et de la téte, et aussi du bassin et des jambes.

 

Avec cette respiration libre, nos sentiments et nos pensées circulent aisément, avec une clarté inhabituelle. Il y a une sorte de plénitude et d’unité en nous, où notre corps, nos émotions, notre esprit se synchronisent en une harmonie particulière. Nous comprenons que notre souffle est une clé essentielle à l’unification de nos forces intérieures.

 

En Intégration Energétique, une thérapie psychocorporelle qui a pour but la rencontre des besoins de chaque client, Ie praticien travaille avec la respiration du client pour ouvrir la voie à cette plénitude et à cette force. Pour relaxer et mobiliser Ie corps, pour contacter des émotions profondément refoulées, pour aider les gens à mettre Ie doigt sur des sentiments et des pensées qui accablent : dans tous ces cas, Ie travail sur la respiration est un instrument indispensable et puissant.

 

Un circuit plein d’énergie

 

En considérant les mécanismes de la respiration, la structure de l’inspiration et l’expiration, nous découvrons que la respiration nous conduit vite et profondément en nous-mémes. A la base, l’inspiration est une voie pour se charger, tandis que l’expiration est une voie pour se décharger. C’est par la capacité à emmagasiner ou à disperser notre énergie que nous prenons contact (ou que nous n’y arrivons pas) avec notre complétude. En respirant, nous retrouvons en petit la structure de notre vie – la façon dont notre énergie naît, s’enfle demeure, s’affaiblit et atteint une espèce de résolution. Quand nous sommes “total”, en contact avec nous-mémes et avec notre environnement, nous passons à travers un cycle naturel de charge-décharge. Nous construisons notre réservoir d’énergie jusqu’à une certaine limite, nous l’employons, puis nous recommençons à remplir notre réservoir.

 

La formule de Wilhelm Reich pour ce mouvement de vague ou de pulsation -tension, charge, décharge, et relàchement- nous donne un point de départ pour élaborer et décrire un processus plus riche et plus détaillé. Chacun de nous crée périodiquement des cycles compliqués, à partir de l’enchaînement, de la confusion des désirs, des impulsions, des hésitations, des frustrations, des arréts, des retraits, des hauts et des bas qui caractérisent notre vie quotidienne.

 

Le praticien en Intégration Energétique aide la personne à expérimenter ce cycle énergétique, à mieux comprendre et à contrôler les différents systèmes qu’il utilise pour maîtriser ce flux incessant d’énergie : nos tendances à Ie décharger rapidement, à être trop peu chargé, à Ie faire de manière explosive, ou à répéter sans cesse Ie méme type de cycle.

 

L’être sain permet au cycle énergétique charge/décharge de se faire complètement. En stimulant notre excitation, nous atteignons un point où nous pouvons la décharger totalement, où il n’y a pas un reste d’énergie sous forme d’anxiété. Donc, nous pouvons vivre Ie cycle énergétique en règlant notre énergie selon nos besoins, et être capables de la charger ou la décharger totalement, libérés des blocages dus à la société.

 

Contre-courants

 

Accepter d’exprimer sa propre énergie n’est pas suffisant si on ne se rend pas compte des exigences et du stress de notre environnement. Dans la vraie nature de notre flux, il y a des courants qui vont en sens divers et qui se croisent. Ils sont essentiels pour notre vitalité et notre complétude. La question n’est pas de savoir si nous pouvons en être libérés, mais plutôt dans quelle mesure; à travers I’interaction avec les besoins et les exigences des autres, nous apprenons sans cesse à absorber, transformer et rediriger ces forces opposées.

 

Nous voyons que dans toute manifestation de notre activité énergétique, qu’elle soit physique, émotionnelle ou cognitive, il apparaît tôt ou tard des limitations, des forces opposées qui deviennent partiellement des structures inconscientes psychocorporelles. Des contre-pulsations, les chocs qui se propagent à travers notre musculature, deviennent des tensions chroniques diaphragme tendu, bassin en retrait, mâchoires serrées. Une peine insoutenable se transforme en couches successives d’émotions réprimées : fierté avalée, un coeur souffrant, une colère contenue. Notre pensée, en une grandiose tentative pour atteindre la clarté et la certitude, se trompe elle-même -schémas trop ambitieux de réforme individuelle et sociale, fantasmes de clarté omnisciente concemant nos sentiments et notre corps, efforts pour rendre nos théories plus complètes et cohérentes.

 

En travaillant avec un praticien d’lntégration Energétique, nous rencontrons dans notre corps et notre esprit de tels pavés sur l’ouverture à notre vitalité. Ils sont là parce que la croissance et l’expansion de notre énergie requièrent cette opposition. Les tensions musculaires étranglent Ie mouvement mais deviennent aussi leur force de propulsion. La colère peut être destructrice mais aussi transformée en énergie positive. La connaissance peut être dogmatique, mais aussi une porte vers l’ouverture et Ie partage vers d’autres possibilités. La continuité de notre énergie dépend de cette opposition. Notre guérison et notre transformation se trouvent dans l’interaction et l’assimilation de ces courants qui nous sont les plus opposés.

 

Nous avons besoin de la stimulation et de l’enrichissement de la cascade inévitable d’énergies conflictuelles qui se heurtent à nous, depuis la naissance et méme avant. Dans la crainte de la peine et de la confusion, nous traitons souvent ces forces en les niant, en les réprimant ou en les déformant. Pendant notre enfance, nous construisons des systèmes de protection pour maintenir ces “menaces” en dehors de notre énergie.

Nous pouvons Ie voir dans notre corps: si je suis en alerte perpétuellement, mes tissus et mes muscles deviendront chroniquement contractés. Si j’ai peur de réagir contre la peine qui pourrait suivre, je deviens mou et sans réaction. Nous pouvons voir que lorsque notre système de protection naturel (bien qu’il ne nous convienne plus), devient une partie habituelle de notre corps et de nos attitudes, nous avons développé une armure contre “vivre Ie moment présent”.

 

Reich a vu que cette armure forme des segments rigides autour du corps. Notre mouvement naturel spontané, une vibration délicate d’énergie et de sensations circulant à travers Ie corps, est rompu par ces segments immobiles autour des yeux, de la bouche, de la gorge, de la poitrine, du diaphragme, du ventre et du bassin. Chaque bande d’armure contient une part de notre personnalité, notre façon habituelle de réagir avec nous-mêmes et la société. Reich considère l’armure comme une rigidité dans la réponse émotionnelle, accompagnée de tensions musculaires. Mais l’armure peut aussi être insensible et devenir un tissu mou et flasque. Dans ces deux cas, nous supprimons, dans une large mesure, la conscience de nos attitudes que nous avons enfermées dans Ie corps et l’esprit.

 

Ce sont des segments ou bandes d’armure, et il est clair que la façon dont nous créons ces bandes, par exemple plus autour d’un bassin en arrière et des épaules tombantes, ou plus autour d’un dos rond et un cou trop tendu. Tout ceci concerne une structure qui a pris forme dans notre enfance. Ces structures révèlent notre structure caractérielle, l’attitude générale rigide que nous avons soigneusement développée pour confronter les forces de la vie.

 

Les limitations et la liberté de la personnalité

 

Beaucoup de chercheurs ont été intrigués par la structure de la personnalité. Leurs investigations ont créé un réseau élaboré, divers, souvent déconcertant de types de classifications des défenses individuelles : oral, schizoïde, psychopathe, masochiste, rigide, phallique, paronoïde, etc. Quelle que soit l’étiquette ou la définition données, ce qui est Ie plus important, Cest que l’individu commence à expérimenter sa structure de défense.

 

Dans Ie but de libérer nos blocages et de revendiquer notre vitalité totale, nous devons découvrir comment nous construisons nos bandes d’armure en un système général de défense contre la douleur, en une structure très profonde et rigide utilisée pour nous amoindrir nous-mémes, ces chemins qui répétitivement et toujours à un certain degré inconsciemment, nient ces pensées et émotions réelles qui nous aideraient à nous laisser aller plus facilement.

 

Avec l’aide du praticien en Intégration Energétique, je peux commencer à explorer de quelle manière je suis un mélange de différentes structures. Par Ie travail sur ma respiration et sur Ie tissu défensif des segments de mon armure, peut-être vais-je voir combien j’ai porté tôt dans ma vie de lourdes responsabilités, contractant et retenant une grande charge, peut-être explosive, à l’intérieur de moi et combien cette partie de moi est si rigide que je peux me dire “masochiste”. Et si Ie praticien continue à aider, je commence à découvrir un besoin encore plus ancien, une partie presque désespérée de moi-méme qui n’est jamais satisfaite, que je peux considérer comme “orale”. Ces étiquettes sont des repères temporaires qui aident à explorer et à interpréter notre personnalité, et qui peuvent être changés ou rejetés quand ils ne correspondent pas à notre expérience.

 

Le praticien est là pour aider Ie client à expérimenter, interpréter et accepter ces structures rigides, avec cette connaissance, ouvrir un nouveau chemin plus flexible et plus vivant dans sa manière de vivre. Avec l’aide du praticien, nous pouvons jouer avec des structures en les essayant et en les changeant pour d’autres.

La découverte des structures n’est pas simplement une prise de conscience cognitive. Ma reconnaissance consciente me parvient à travers des actes énergétiques et est autant cognitive qu’affective. La conscience de notre structure caractérielle, de notre système de défense, se déploie et est créée par un dialogue qui nous rend conscients de ce que nous avons caché à l’intérieur de nous, en devenant conscients que de nouvelles attitudes, émotions et actions sont disponibles pour nous.

 

Une partie de cette découverte, de ce dialogue intérieur commence par une session individuelle avec un praticien. Ce qu’on appelle “lecture du corps” ou mieux “lecture psychocorporelle” n’est pas réellement une “lecture” de la structure du client par Ie praticien. C’est plutôt un cadre dans lequel Ie praticien soutient Ie client à découvrir un réseau d’énergie et d’émotions qui lui révèlent des aspects de lui-méme sous-jacents et partiellement cachés.

 

Un programme systématique et individuel

 

Puisque chacun de nous a une histoire unique faite de joie et de peine, de succès et d’échec, nous avons chacun notre schéma de défense caractérielle. Pour lâcher notre amure, et commencer à ressentir notre puissance et notre flexibilité, nous avons besoin d’une guidance individuelle, d’un processus de découverte progressive de notre potentiaIité. Le praticien d’Intégration Energétique est là, travaillant simultanément sur la respiration, Ie corps, l’émotion, les pensées, mais aussi en encourageant Ie corps-conscience à se défaire de ses noeuds compliqués.

 

Le processus comporte trois phases, une phase de mobilisation, une plus profonde de confrontation et de résistance, et une phase finale d’intégration.

 

Mobilisation. Dans la phase initiale, Ie praticien aide Ie client à mobiliser et à faire circuler Vénergie et les émotions. Peut-être faut-11 charger les parties qui manquent d’énergie -“nourrir” une poitrine creuse, remplir des jambes maigres, revitaliser des poches de tissu vides. Ou peut être décharger des excès -relàcher des tensions refoulées dans les épaules et Ie cou, encourager un cou raide à se laisser aller, relaxer des fesses contrólées.

 

Relâchement. Une fois que l’énergie est mobilisée, avec plus de charge et de décharge dans la majeure partie du corps, Ie client arrivera sur une résistance plus profonde, la structure subtile et vaste de sa défense caractérielle. Ici, les praticiens respectent les besoins du client, en ne confrontant pas les souffrances les plus profondes tant qu’il n’y a pas de confiance et de sécurité. Le processus graduel de décharge devient de plus en plus complet jusqu’à l’expérimentation du relâchement de l’énergie bloquée profondément, et une prise de conscience plus profonde de ses anciennes structures. Un monde merveilleux de liberté s’ouvre : on se sent présent, en contact avec soi et avec les autres.

Intégration. Les tissus deviennent plus souples, Ie mouvement plus souple. Les émotions se libèrent plus facilement et coulent l’une dans l’autre. Cependant, dans cette phase d’élargissement de réponses et d’actions possibles, il peut y avoir de la confusion. De nouveaux sentiments sont présents et doivent être traduits en comportements quotidiens. De nouvelles idées doivent trouver de nouvelles conclusions. Lorsque nous changeons fondamentalement, du temps est nécessaire pour intégrer Ie nouveau dans l’ancien. Le travail de respiration est maintenant plus facile et plus méditatif. Les mouvements, sensations et émotions sont synchronisés en un délicat flux sensuel connecté.

 

Durant ces phases, Ie praticien emploie un nombre de stratégies variables. Souvent il est important de travailler les segments du haut -ceux autour des yeux, de la bouche et de la gorge-, avant de relâcher les blocages du ventre et du bassin. Si la colère et la tristesse de notre sexualité explosent vers Ie haut du corps sans une voie d’expression libre à travers la gorge, la bouche et les yeux, nous pouvons, avec grande frustration, repousser encore cette bouffée d’émotion et d’énergie vers Ie bas. Une fois que nous pouvons nous exprimer totalement d’en haut, la circulation d’énergie à partir du bas peut être complète. Le désir dans Ie bassin peut rejoindre la réceptivité du coeur dans un cycle complet de circulation d’émotions.

 

La puissance extraordinaire de I’Intégration Energétique est due à la volonté du client et du praticien de travailler de nombreux niveaux en méme temps. Lorsque moi, praticien, je rencontre Ie corps avec mes doigts et mes mains, chargeant et déchargeant l’énergie dans les segments de l’armure, je regarde mon client dans les yeux. Et quand je touche doucement ou que je stimule, je demande à la personne de partager avec un son, un mouvement et des mots ce qui est senti, touché ou pensé. En maintenant Ie contact, ce partage avec Ie praticien peut être flexible, assez pour changer l’intensité du travail et rencontrer les demandes de changement de la personne entière. Praticien et client travaillent ensemble, tantôt physiquement, tantôt avec les mots, tantôt avec la respiration et les sons, en reconnaissant continuellement l’unité physique, émotionnelle et cognitive. du processus. Ce partage est spécialement important si Ie client est aidé à restructurer les anciens comportements rigides du caractère, et à réexpérimenter et accepter ces parties fragiles, puissantes et belles de lui-même, qui ont été reniées depuis la petite enfance.

 

Intégration énergétique et Intégration Posturale

 

L’Intégration Posturale, comme I’Intégration Energétique, est une approche totale, unifiée du travail psychocorporel. Les deux travaillent la respiration, l’émotion, l’esprit, Ie tissu corporel et Ie mouvement pour l’accès à la liberté et à la vitalité de l’individu. L’Intégration Energétique met l’accent sur la libération et l’intégration de l’énergie bloquée dans la structure caractérielle de l’individu. L’Intégration Posturale relâche systématiquement et organise les couches de fascia qui enveloppent Ie système musculaire.

L’Intégration Posturale est un processus graduel : pendant les sept premières étapes, les jambes, Ie bassin, Ie tronc, les bras et la tête sont chacun profondément relâchés, et au cours des trois dernières étapes, ils sont soigneusement remis en harmonie les uns avec les autres. Pendant les mouvements profonds du praticien dans les fascia -avec les doigts, les poings, les jointures et les coudes- un remarquable phénomène apparaît : Ie tissu devient nettement plus souple, plus consistant, élastique, et aussi plus malléable. Ceci peut être ressenti depuis la surface de la musculature jusqu’aux tissus les plus profonds. Avec ce relâchement, Ie corps commence à trouver de nouvelles proportions. Des hanches larges deviennent plus étroites, de petites poitrines s’élargissent, des troncs s’allongent, des visages se relàchent, des fesses se remplissent et s’arrondissent. En même temps, les émotions et les pensées deviennent plus ancrées.

 

L’Intégration Energétique et I’Intégration Posturale sont très semblables dans leurs buts et leurs méthodes. La différence est une question d’accent. Dans I’Intégration Energétique, l’accent est mis sur la régulation du cycle énergétique et la restructuration de la personnalité. Les manipulations du tissu aident à charger ou à décharger les segments de l’armure. Dans I’Intégration Posturale, L’accent est mis sur Ie travail systématique de relâchement et d’organisation des épaisses couches de fascia, sur l’ouverture et l’équilibre de la posture, tandis qu’en même temps, la respiration et l’émotion se libèrent.

 

Les personnes qui sont attirées par un travail profond dans leurs tissus corporels peuvent trouver dans I’Intégration Posturale un point de départ naturel, tandis que d’autres, plus attirées par l’expression énergétique et émotionnelle, peuvent trouver que I’Intégration Energétique leur convient mieux. Dans les deux approches, cependant, il y a finalement une approche unifiée et holistique du corps et de l’esprit, du tissu corporel, de la respiration, du mouvement, des émotions, des pensées et des attitudes.

 

 

Institut pour l’Intégration du Corps-Conscience

Destelbergenstraat 49-51

B-9040 GAND (St. – Amandsberg)

Tel / Fax : +32 9 228 49 11

e-mail: info@bodymindintegration.com

 

 [:fr]JackSession

La respiration est une fonction normale, essentielle dans notre vie. Nous nous préoccupons de ce que nos voies respiratoires, les tubes bronchiques, les poumons, Ie diaphragme et les autres parties de l’appareil respiratoire soient en bonne santé et fournissent l’échange nécessaire d’oxygène et de dioxide de carbone. Nous nous engageons même dans des programmes d’aérobique et de thérapie physique pour améliorer Ie fonctionnement de notre système respiratoire. Il est certain qu’une amélioration de notre système respiratoire améliorera notre métabolisme, notre force et notre endurance, elle aura aussi des effets bénéfiques sur notre bien être émotionnel et notre efficience mentale.

 

La respiration, clé de la vitalité et de la puissance

 

Ces aspects de la respiration, aussi importants qu’ils puissent être, ne comportent pas la capacité respiratoire qui est la clé d’une vitalité profonde et pleine. Voyez ce phénomène étonnant qu’est Ie “second souffle”. La plupart d’entre nous l’ont expérimenté pendant les jeux et les sports vigoureux de notre jeunesse. Juste au moment de l’épuisement, lorsque nous haletons, suffoquons, tout à coup notre respiration devient facile, et nous bougeons presque sans effort, portés par une force particulière. Pourtant, nous sommes conscients de nos limites et savons que si nous exagérons, nous serons vite épuisés. Aussi longtemps que nous maintiendrons cette respiration particulière, nous pourrons accélérer ou ralentir notre activité, et maintenir un maximum d’efficacité dans Ie mouvement. Notre force restera disponible et durable.

 

Lors du second souffle, toutes nos fonctions physiques, émotionnelles et mentales s’unissent pour produire une vitalité extraordinaire. Nous retrouvons d’autres exemples de cette vitalité dans notre vie : des moments d’amour ou d’intimité particuliers, Ie peaufinage d’un travail bien fait, une danse harmonieuse, un goût délicieux, l’abandon à une émotion longtemps refoulée. Que ce soit un soupir, un silence ou un murmure, notre respiration sort alors sans hésitation du fond du torse, méme du cou et de la téte, et aussi du bassin et des jambes.

 

Avec cette respiration libre, nos sentiments et nos pensées circulent aisément, avec une clarté inhabituelle. Il y a une sorte de plénitude et d’unité en nous, où notre corps, nos émotions, notre esprit se synchronisent en une harmonie particulière. Nous comprenons que notre souffle est une clé essentielle à l’unification de nos forces intérieures.

 

En Intégration Energétique, une thérapie psychocorporelle qui a pour but la rencontre des besoins de chaque client, Ie praticien travaille avec la respiration du client pour ouvrir la voie à cette plénitude et à cette force. Pour relaxer et mobiliser Ie corps, pour contacter des émotions profondément refoulées, pour aider les gens à mettre Ie doigt sur des sentiments et des pensées qui accablent : dans tous ces cas, Ie travail sur la respiration est un instrument indispensable et puissant.

 

Un circuit plein d’énergie

 

En considérant les mécanismes de la respiration, la structure de l’inspiration et l’expiration, nous découvrons que la respiration nous conduit vite et profondément en nous-mémes. A la base, l’inspiration est une voie pour se charger, tandis que l’expiration est une voie pour se décharger. C’est par la capacité à emmagasiner ou à disperser notre énergie que nous prenons contact (ou que nous n’y arrivons pas) avec notre complétude. En respirant, nous retrouvons en petit la structure de notre vie – la façon dont notre énergie naît, s’enfle demeure, s’affaiblit et atteint une espèce de résolution. Quand nous sommes “total”, en contact avec nous-mémes et avec notre environnement, nous passons à travers un cycle naturel de charge-décharge. Nous construisons notre réservoir d’énergie jusqu’à une certaine limite, nous l’employons, puis nous recommençons à remplir notre réservoir.

 

La formule de Wilhelm Reich pour ce mouvement de vague ou de pulsation -tension, charge, décharge, et relàchement- nous donne un point de départ pour élaborer et décrire un processus plus riche et plus détaillé. Chacun de nous crée périodiquement des cycles compliqués, à partir de l’enchaînement, de la confusion des désirs, des impulsions, des hésitations, des frustrations, des arréts, des retraits, des hauts et des bas qui caractérisent notre vie quotidienne.

 

Le praticien en Intégration Energétique aide la personne à expérimenter ce cycle énergétique, à mieux comprendre et à contrôler les différents systèmes qu’il utilise pour maîtriser ce flux incessant d’énergie : nos tendances à Ie décharger rapidement, à être trop peu chargé, à Ie faire de manière explosive, ou à répéter sans cesse Ie méme type de cycle.

 

L’être sain permet au cycle énergétique charge/décharge de se faire complètement. En stimulant notre excitation, nous atteignons un point où nous pouvons la décharger totalement, où il n’y a pas un reste d’énergie sous forme d’anxiété. Donc, nous pouvons vivre Ie cycle énergétique en règlant notre énergie selon nos besoins, et être capables de la charger ou la décharger totalement, libérés des blocages dus à la société.

 

Contre-courants

 

Accepter d’exprimer sa propre énergie n’est pas suffisant si on ne se rend pas compte des exigences et du stress de notre environnement. Dans la vraie nature de notre flux, il y a des courants qui vont en sens divers et qui se croisent. Ils sont essentiels pour notre vitalité et notre complétude. La question n’est pas de savoir si nous pouvons en être libérés, mais plutôt dans quelle mesure; à travers I’interaction avec les besoins et les exigences des autres, nous apprenons sans cesse à absorber, transformer et rediriger ces forces opposées.

 

Nous voyons que dans toute manifestation de notre activité énergétique, qu’elle soit physique, émotionnelle ou cognitive, il apparaît tôt ou tard des limitations, des forces opposées qui deviennent partiellement des structures inconscientes psychocorporelles. Des contre-pulsations, les chocs qui se propagent à travers notre musculature, deviennent des tensions chroniques diaphragme tendu, bassin en retrait, mâchoires serrées. Une peine insoutenable se transforme en couches successives d’émotions réprimées : fierté avalée, un coeur souffrant, une colère contenue. Notre pensée, en une grandiose tentative pour atteindre la clarté et la certitude, se trompe elle-même -schémas trop ambitieux de réforme individuelle et sociale, fantasmes de clarté omnisciente concemant nos sentiments et notre corps, efforts pour rendre nos théories plus complètes et cohérentes.

 

En travaillant avec un praticien d’lntégration Energétique, nous rencontrons dans notre corps et notre esprit de tels pavés sur l’ouverture à notre vitalité. Ils sont là parce que la croissance et l’expansion de notre énergie requièrent cette opposition. Les tensions musculaires étranglent Ie mouvement mais deviennent aussi leur force de propulsion. La colère peut être destructrice mais aussi transformée en énergie positive. La connaissance peut être dogmatique, mais aussi une porte vers l’ouverture et Ie partage vers d’autres possibilités. La continuité de notre énergie dépend de cette opposition. Notre guérison et notre transformation se trouvent dans l’interaction et l’assimilation de ces courants qui nous sont les plus opposés.

 

Nous avons besoin de la stimulation et de l’enrichissement de la cascade inévitable d’énergies conflictuelles qui se heurtent à nous, depuis la naissance et méme avant. Dans la crainte de la peine et de la confusion, nous traitons souvent ces forces en les niant, en les réprimant ou en les déformant. Pendant notre enfance, nous construisons des systèmes de protection pour maintenir ces “menaces” en dehors de notre énergie.

Nous pouvons Ie voir dans notre corps: si je suis en alerte perpétuellement, mes tissus et mes muscles deviendront chroniquement contractés. Si j’ai peur de réagir contre la peine qui pourrait suivre, je deviens mou et sans réaction. Nous pouvons voir que lorsque notre système de protection naturel (bien qu’il ne nous convienne plus), devient une partie habituelle de notre corps et de nos attitudes, nous avons développé une armure contre “vivre Ie moment présent”.

 

Reich a vu que cette armure forme des segments rigides autour du corps. Notre mouvement naturel spontané, une vibration délicate d’énergie et de sensations circulant à travers Ie corps, est rompu par ces segments immobiles autour des yeux, de la bouche, de la gorge, de la poitrine, du diaphragme, du ventre et du bassin. Chaque bande d’armure contient une part de notre personnalité, notre façon habituelle de réagir avec nous-mêmes et la société. Reich considère l’armure comme une rigidité dans la réponse émotionnelle, accompagnée de tensions musculaires. Mais l’armure peut aussi être insensible et devenir un tissu mou et flasque. Dans ces deux cas, nous supprimons, dans une large mesure, la conscience de nos attitudes que nous avons enfermées dans Ie corps et l’esprit.

 

Ce sont des segments ou bandes d’armure, et il est clair que la façon dont nous créons ces bandes, par exemple plus autour d’un bassin en arrière et des épaules tombantes, ou plus autour d’un dos rond et un cou trop tendu. Tout ceci concerne une structure qui a pris forme dans notre enfance. Ces structures révèlent notre structure caractérielle, l’attitude générale rigide que nous avons soigneusement développée pour confronter les forces de la vie.

 

Les limitations et la liberté de la personnalité

 

Beaucoup de chercheurs ont été intrigués par la structure de la personnalité. Leurs investigations ont créé un réseau élaboré, divers, souvent déconcertant de types de classifications des défenses individuelles : oral, schizoïde, psychopathe, masochiste, rigide, phallique, paronoïde, etc. Quelle que soit l’étiquette ou la définition données, ce qui est Ie plus important, Cest que l’individu commence à expérimenter sa structure de défense.

 

Dans Ie but de libérer nos blocages et de revendiquer notre vitalité totale, nous devons découvrir comment nous construisons nos bandes d’armure en un système général de défense contre la douleur, en une structure très profonde et rigide utilisée pour nous amoindrir nous-mémes, ces chemins qui répétitivement et toujours à un certain degré inconsciemment, nient ces pensées et émotions réelles qui nous aideraient à nous laisser aller plus facilement.

 

Avec l’aide du praticien en Intégration Energétique, je peux commencer à explorer de quelle manière je suis un mélange de différentes structures. Par Ie travail sur ma respiration et sur Ie tissu défensif des segments de mon armure, peut-être vais-je voir combien j’ai porté tôt dans ma vie de lourdes responsabilités, contractant et retenant une grande charge, peut-être explosive, à l’intérieur de moi et combien cette partie de moi est si rigide que je peux me dire “masochiste”. Et si Ie praticien continue à aider, je commence à découvrir un besoin encore plus ancien, une partie presque désespérée de moi-méme qui n’est jamais satisfaite, que je peux considérer comme “orale”. Ces étiquettes sont des repères temporaires qui aident à explorer et à interpréter notre personnalité, et qui peuvent être changés ou rejetés quand ils ne correspondent pas à notre expérience.

 

Le praticien est là pour aider Ie client à expérimenter, interpréter et accepter ces structures rigides, avec cette connaissance, ouvrir un nouveau chemin plus flexible et plus vivant dans sa manière de vivre. Avec l’aide du praticien, nous pouvons jouer avec des structures en les essayant et en les changeant pour d’autres.

La découverte des structures n’est pas simplement une prise de conscience cognitive. Ma reconnaissance consciente me parvient à travers des actes énergétiques et est autant cognitive qu’affective. La conscience de notre structure caractérielle, de notre système de défense, se déploie et est créée par un dialogue qui nous rend conscients de ce que nous avons caché à l’intérieur de nous, en devenant conscients que de nouvelles attitudes, émotions et actions sont disponibles pour nous.

 

Une partie de cette découverte, de ce dialogue intérieur commence par une session individuelle avec un praticien. Ce qu’on appelle “lecture du corps” ou mieux “lecture psychocorporelle” n’est pas réellement une “lecture” de la structure du client par Ie praticien. C’est plutôt un cadre dans lequel Ie praticien soutient Ie client à découvrir un réseau d’énergie et d’émotions qui lui révèlent des aspects de lui-méme sous-jacents et partiellement cachés.

 

Un programme systématique et individuel

 

Puisque chacun de nous a une histoire unique faite de joie et de peine, de succès et d’échec, nous avons chacun notre schéma de défense caractérielle. Pour lâcher notre amure, et commencer à ressentir notre puissance et notre flexibilité, nous avons besoin d’une guidance individuelle, d’un processus de découverte progressive de notre potentiaIité. Le praticien d’Intégration Energétique est là, travaillant simultanément sur la respiration, Ie corps, l’émotion, les pensées, mais aussi en encourageant Ie corps-conscience à se défaire de ses noeuds compliqués.

 

Le processus comporte trois phases, une phase de mobilisation, une plus profonde de confrontation et de résistance, et une phase finale d’intégration.

 

Mobilisation. Dans la phase initiale, Ie praticien aide Ie client à mobiliser et à faire circuler Vénergie et les émotions. Peut-être faut-11 charger les parties qui manquent d’énergie -“nourrir” une poitrine creuse, remplir des jambes maigres, revitaliser des poches de tissu vides. Ou peut être décharger des excès -relàcher des tensions refoulées dans les épaules et Ie cou, encourager un cou raide à se laisser aller, relaxer des fesses contrólées.

 

Relâchement. Une fois que l’énergie est mobilisée, avec plus de charge et de décharge dans la majeure partie du corps, Ie client arrivera sur une résistance plus profonde, la structure subtile et vaste de sa défense caractérielle. Ici, les praticiens respectent les besoins du client, en ne confrontant pas les souffrances les plus profondes tant qu’il n’y a pas de confiance et de sécurité. Le processus graduel de décharge devient de plus en plus complet jusqu’à l’expérimentation du relâchement de l’énergie bloquée profondément, et une prise de conscience plus profonde de ses anciennes structures. Un monde merveilleux de liberté s’ouvre : on se sent présent, en contact avec soi et avec les autres.

Intégration. Les tissus deviennent plus souples, Ie mouvement plus souple. Les émotions se libèrent plus facilement et coulent l’une dans l’autre. Cependant, dans cette phase d’élargissement de réponses et d’actions possibles, il peut y avoir de la confusion. De nouveaux sentiments sont présents et doivent être traduits en comportements quotidiens. De nouvelles idées doivent trouver de nouvelles conclusions. Lorsque nous changeons fondamentalement, du temps est nécessaire pour intégrer Ie nouveau dans l’ancien. Le travail de respiration est maintenant plus facile et plus méditatif. Les mouvements, sensations et émotions sont synchronisés en un délicat flux sensuel connecté.

 

Durant ces phases, Ie praticien emploie un nombre de stratégies variables. Souvent il est important de travailler les segments du haut -ceux autour des yeux, de la bouche et de la gorge-, avant de relâcher les blocages du ventre et du bassin. Si la colère et la tristesse de notre sexualité explosent vers Ie haut du corps sans une voie d’expression libre à travers la gorge, la bouche et les yeux, nous pouvons, avec grande frustration, repousser encore cette bouffée d’émotion et d’énergie vers Ie bas. Une fois que nous pouvons nous exprimer totalement d’en haut, la circulation d’énergie à partir du bas peut être complète. Le désir dans Ie bassin peut rejoindre la réceptivité du coeur dans un cycle complet de circulation d’émotions.

 

La puissance extraordinaire de I’Intégration Energétique est due à la volonté du client et du praticien de travailler de nombreux niveaux en méme temps. Lorsque moi, praticien, je rencontre Ie corps avec mes doigts et mes mains, chargeant et déchargeant l’énergie dans les segments de l’armure, je regarde mon client dans les yeux. Et quand je touche doucement ou que je stimule, je demande à la personne de partager avec un son, un mouvement et des mots ce qui est senti, touché ou pensé. En maintenant Ie contact, ce partage avec Ie praticien peut être flexible, assez pour changer l’intensité du travail et rencontrer les demandes de changement de la personne entière. Praticien et client travaillent ensemble, tantôt physiquement, tantôt avec les mots, tantôt avec la respiration et les sons, en reconnaissant continuellement l’unité physique, émotionnelle et cognitive. du processus. Ce partage est spécialement important si Ie client est aidé à restructurer les anciens comportements rigides du caractère, et à réexpérimenter et accepter ces parties fragiles, puissantes et belles de lui-même, qui ont été reniées depuis la petite enfance.

 

Intégration énergétique et Intégration Posturale

 

L’Intégration Posturale, comme I’Intégration Energétique, est une approche totale, unifiée du travail psychocorporel. Les deux travaillent la respiration, l’émotion, l’esprit, Ie tissu corporel et Ie mouvement pour l’accès à la liberté et à la vitalité de l’individu. L’Intégration Energétique met l’accent sur la libération et l’intégration de l’énergie bloquée dans la structure caractérielle de l’individu. L’Intégration Posturale relâche systématiquement et organise les couches de fascia qui enveloppent Ie système musculaire.

L’Intégration Posturale est un processus graduel : pendant les sept premières étapes, les jambes, Ie bassin, Ie tronc, les bras et la tête sont chacun profondément relâchés, et au cours des trois dernières étapes, ils sont soigneusement remis en harmonie les uns avec les autres. Pendant les mouvements profonds du praticien dans les fascia -avec les doigts, les poings, les jointures et les coudes- un remarquable phénomène apparaît : Ie tissu devient nettement plus souple, plus consistant, élastique, et aussi plus malléable. Ceci peut être ressenti depuis la surface de la musculature jusqu’aux tissus les plus profonds. Avec ce relâchement, Ie corps commence à trouver de nouvelles proportions. Des hanches larges deviennent plus étroites, de petites poitrines s’élargissent, des troncs s’allongent, des visages se relàchent, des fesses se remplissent et s’arrondissent. En même temps, les émotions et les pensées deviennent plus ancrées.

 

L’Intégration Energétique et I’Intégration Posturale sont très semblables dans leurs buts et leurs méthodes. La différence est une question d’accent. Dans I’Intégration Energétique, l’accent est mis sur la régulation du cycle énergétique et la restructuration de la personnalité. Les manipulations du tissu aident à charger ou à décharger les segments de l’armure. Dans I’Intégration Posturale, L’accent est mis sur Ie travail systématique de relâchement et d’organisation des épaisses couches de fascia, sur l’ouverture et l’équilibre de la posture, tandis qu’en même temps, la respiration et l’émotion se libèrent.

 

Les personnes qui sont attirées par un travail profond dans leurs tissus corporels peuvent trouver dans I’Intégration Posturale un point de départ naturel, tandis que d’autres, plus attirées par l’expression énergétique et émotionnelle, peuvent trouver que I’Intégration Energétique leur convient mieux. Dans les deux approches, cependant, il y a finalement une approche unifiée et holistique du corps et de l’esprit, du tissu corporel, de la respiration, du mouvement, des émotions, des pensées et des attitudes.

 

 

Institut pour l’Intégration du Corps-Conscience

Destelbergenstraat 49-51

B-9040 GAND (St. – Amandsberg)

Tel / Fax : +32 9 228 49 11

e-mail: info@bodymindintegration.com

 

 [:de]JackSession

La respiration est une fonction normale, essentielle dans notre vie. Nous nous préoccupons de ce que nos voies respiratoires, les tubes bronchiques, les poumons, Ie diaphragme et les autres parties de l’appareil respiratoire soient en bonne santé et fournissent l’échange nécessaire d’oxygène et de dioxide de carbone. Nous nous engageons même dans des programmes d’aérobique et de thérapie physique pour améliorer Ie fonctionnement de notre système respiratoire. Il est certain qu’une amélioration de notre système respiratoire améliorera notre métabolisme, notre force et notre endurance, elle aura aussi des effets bénéfiques sur notre bien être émotionnel et notre efficience mentale.

 

La respiration, clé de la vitalité et de la puissance

 

Ces aspects de la respiration, aussi importants qu’ils puissent être, ne comportent pas la capacité respiratoire qui est la clé d’une vitalité profonde et pleine. Voyez ce phénomène étonnant qu’est Ie “second souffle”. La plupart d’entre nous l’ont expérimenté pendant les jeux et les sports vigoureux de notre jeunesse. Juste au moment de l’épuisement, lorsque nous haletons, suffoquons, tout à coup notre respiration devient facile, et nous bougeons presque sans effort, portés par une force particulière. Pourtant, nous sommes conscients de nos limites et savons que si nous exagérons, nous serons vite épuisés. Aussi longtemps que nous maintiendrons cette respiration particulière, nous pourrons accélérer ou ralentir notre activité, et maintenir un maximum d’efficacité dans Ie mouvement. Notre force restera disponible et durable.

 

Lors du second souffle, toutes nos fonctions physiques, émotionnelles et mentales s’unissent pour produire une vitalité extraordinaire. Nous retrouvons d’autres exemples de cette vitalité dans notre vie : des moments d’amour ou d’intimité particuliers, Ie peaufinage d’un travail bien fait, une danse harmonieuse, un goût délicieux, l’abandon à une émotion longtemps refoulée. Que ce soit un soupir, un silence ou un murmure, notre respiration sort alors sans hésitation du fond du torse, méme du cou et de la téte, et aussi du bassin et des jambes.

 

Avec cette respiration libre, nos sentiments et nos pensées circulent aisément, avec une clarté inhabituelle. Il y a une sorte de plénitude et d’unité en nous, où notre corps, nos émotions, notre esprit se synchronisent en une harmonie particulière. Nous comprenons que notre souffle est une clé essentielle à l’unification de nos forces intérieures.

 

En Intégration Energétique, une thérapie psychocorporelle qui a pour but la rencontre des besoins de chaque client, Ie praticien travaille avec la respiration du client pour ouvrir la voie à cette plénitude et à cette force. Pour relaxer et mobiliser Ie corps, pour contacter des émotions profondément refoulées, pour aider les gens à mettre Ie doigt sur des sentiments et des pensées qui accablent : dans tous ces cas, Ie travail sur la respiration est un instrument indispensable et puissant.

 

Un circuit plein d’énergie

 

En considérant les mécanismes de la respiration, la structure de l’inspiration et l’expiration, nous découvrons que la respiration nous conduit vite et profondément en nous-mémes. A la base, l’inspiration est une voie pour se charger, tandis que l’expiration est une voie pour se décharger. C’est par la capacité à emmagasiner ou à disperser notre énergie que nous prenons contact (ou que nous n’y arrivons pas) avec notre complétude. En respirant, nous retrouvons en petit la structure de notre vie – la façon dont notre énergie naît, s’enfle demeure, s’affaiblit et atteint une espèce de résolution. Quand nous sommes “total”, en contact avec nous-mémes et avec notre environnement, nous passons à travers un cycle naturel de charge-décharge. Nous construisons notre réservoir d’énergie jusqu’à une certaine limite, nous l’employons, puis nous recommençons à remplir notre réservoir.

 

La formule de Wilhelm Reich pour ce mouvement de vague ou de pulsation -tension, charge, décharge, et relàchement- nous donne un point de départ pour élaborer et décrire un processus plus riche et plus détaillé. Chacun de nous crée périodiquement des cycles compliqués, à partir de l’enchaînement, de la confusion des désirs, des impulsions, des hésitations, des frustrations, des arréts, des retraits, des hauts et des bas qui caractérisent notre vie quotidienne.

 

Le praticien en Intégration Energétique aide la personne à expérimenter ce cycle énergétique, à mieux comprendre et à contrôler les différents systèmes qu’il utilise pour maîtriser ce flux incessant d’énergie : nos tendances à Ie décharger rapidement, à être trop peu chargé, à Ie faire de manière explosive, ou à répéter sans cesse Ie méme type de cycle.

 

L’être sain permet au cycle énergétique charge/décharge de se faire complètement. En stimulant notre excitation, nous atteignons un point où nous pouvons la décharger totalement, où il n’y a pas un reste d’énergie sous forme d’anxiété. Donc, nous pouvons vivre Ie cycle énergétique en règlant notre énergie selon nos besoins, et être capables de la charger ou la décharger totalement, libérés des blocages dus à la société.

 

Contre-courants

 

Accepter d’exprimer sa propre énergie n’est pas suffisant si on ne se rend pas compte des exigences et du stress de notre environnement. Dans la vraie nature de notre flux, il y a des courants qui vont en sens divers et qui se croisent. Ils sont essentiels pour notre vitalité et notre complétude. La question n’est pas de savoir si nous pouvons en être libérés, mais plutôt dans quelle mesure; à travers I’interaction avec les besoins et les exigences des autres, nous apprenons sans cesse à absorber, transformer et rediriger ces forces opposées.

 

Nous voyons que dans toute manifestation de notre activité énergétique, qu’elle soit physique, émotionnelle ou cognitive, il apparaît tôt ou tard des limitations, des forces opposées qui deviennent partiellement des structures inconscientes psychocorporelles. Des contre-pulsations, les chocs qui se propagent à travers notre musculature, deviennent des tensions chroniques diaphragme tendu, bassin en retrait, mâchoires serrées. Une peine insoutenable se transforme en couches successives d’émotions réprimées : fierté avalée, un coeur souffrant, une colère contenue. Notre pensée, en une grandiose tentative pour atteindre la clarté et la certitude, se trompe elle-même -schémas trop ambitieux de réforme individuelle et sociale, fantasmes de clarté omnisciente concemant nos sentiments et notre corps, efforts pour rendre nos théories plus complètes et cohérentes.

 

En travaillant avec un praticien d’lntégration Energétique, nous rencontrons dans notre corps et notre esprit de tels pavés sur l’ouverture à notre vitalité. Ils sont là parce que la croissance et l’expansion de notre énergie requièrent cette opposition. Les tensions musculaires étranglent Ie mouvement mais deviennent aussi leur force de propulsion. La colère peut être destructrice mais aussi transformée en énergie positive. La connaissance peut être dogmatique, mais aussi une porte vers l’ouverture et Ie partage vers d’autres possibilités. La continuité de notre énergie dépend de cette opposition. Notre guérison et notre transformation se trouvent dans l’interaction et l’assimilation de ces courants qui nous sont les plus opposés.

 

Nous avons besoin de la stimulation et de l’enrichissement de la cascade inévitable d’énergies conflictuelles qui se heurtent à nous, depuis la naissance et méme avant. Dans la crainte de la peine et de la confusion, nous traitons souvent ces forces en les niant, en les réprimant ou en les déformant. Pendant notre enfance, nous construisons des systèmes de protection pour maintenir ces “menaces” en dehors de notre énergie.

Nous pouvons Ie voir dans notre corps: si je suis en alerte perpétuellement, mes tissus et mes muscles deviendront chroniquement contractés. Si j’ai peur de réagir contre la peine qui pourrait suivre, je deviens mou et sans réaction. Nous pouvons voir que lorsque notre système de protection naturel (bien qu’il ne nous convienne plus), devient une partie habituelle de notre corps et de nos attitudes, nous avons développé une armure contre “vivre Ie moment présent”.

 

Reich a vu que cette armure forme des segments rigides autour du corps. Notre mouvement naturel spontané, une vibration délicate d’énergie et de sensations circulant à travers Ie corps, est rompu par ces segments immobiles autour des yeux, de la bouche, de la gorge, de la poitrine, du diaphragme, du ventre et du bassin. Chaque bande d’armure contient une part de notre personnalité, notre façon habituelle de réagir avec nous-mêmes et la société. Reich considère l’armure comme une rigidité dans la réponse émotionnelle, accompagnée de tensions musculaires. Mais l’armure peut aussi être insensible et devenir un tissu mou et flasque. Dans ces deux cas, nous supprimons, dans une large mesure, la conscience de nos attitudes que nous avons enfermées dans Ie corps et l’esprit.

 

Ce sont des segments ou bandes d’armure, et il est clair que la façon dont nous créons ces bandes, par exemple plus autour d’un bassin en arrière et des épaules tombantes, ou plus autour d’un dos rond et un cou trop tendu. Tout ceci concerne une structure qui a pris forme dans notre enfance. Ces structures révèlent notre structure caractérielle, l’attitude générale rigide que nous avons soigneusement développée pour confronter les forces de la vie.

 

Les limitations et la liberté de la personnalité

 

Beaucoup de chercheurs ont été intrigués par la structure de la personnalité. Leurs investigations ont créé un réseau élaboré, divers, souvent déconcertant de types de classifications des défenses individuelles : oral, schizoïde, psychopathe, masochiste, rigide, phallique, paronoïde, etc. Quelle que soit l’étiquette ou la définition données, ce qui est Ie plus important, Cest que l’individu commence à expérimenter sa structure de défense.

 

Dans Ie but de libérer nos blocages et de revendiquer notre vitalité totale, nous devons découvrir comment nous construisons nos bandes d’armure en un système général de défense contre la douleur, en une structure très profonde et rigide utilisée pour nous amoindrir nous-mémes, ces chemins qui répétitivement et toujours à un certain degré inconsciemment, nient ces pensées et émotions réelles qui nous aideraient à nous laisser aller plus facilement.

 

Avec l’aide du praticien en Intégration Energétique, je peux commencer à explorer de quelle manière je suis un mélange de différentes structures. Par Ie travail sur ma respiration et sur Ie tissu défensif des segments de mon armure, peut-être vais-je voir combien j’ai porté tôt dans ma vie de lourdes responsabilités, contractant et retenant une grande charge, peut-être explosive, à l’intérieur de moi et combien cette partie de moi est si rigide que je peux me dire “masochiste”. Et si Ie praticien continue à aider, je commence à découvrir un besoin encore plus ancien, une partie presque désespérée de moi-méme qui n’est jamais satisfaite, que je peux considérer comme “orale”. Ces étiquettes sont des repères temporaires qui aident à explorer et à interpréter notre personnalité, et qui peuvent être changés ou rejetés quand ils ne correspondent pas à notre expérience.

 

Le praticien est là pour aider Ie client à expérimenter, interpréter et accepter ces structures rigides, avec cette connaissance, ouvrir un nouveau chemin plus flexible et plus vivant dans sa manière de vivre. Avec l’aide du praticien, nous pouvons jouer avec des structures en les essayant et en les changeant pour d’autres.

La découverte des structures n’est pas simplement une prise de conscience cognitive. Ma reconnaissance consciente me parvient à travers des actes énergétiques et est autant cognitive qu’affective. La conscience de notre structure caractérielle, de notre système de défense, se déploie et est créée par un dialogue qui nous rend conscients de ce que nous avons caché à l’intérieur de nous, en devenant conscients que de nouvelles attitudes, émotions et actions sont disponibles pour nous.

 

Une partie de cette découverte, de ce dialogue intérieur commence par une session individuelle avec un praticien. Ce qu’on appelle “lecture du corps” ou mieux “lecture psychocorporelle” n’est pas réellement une “lecture” de la structure du client par Ie praticien. C’est plutôt un cadre dans lequel Ie praticien soutient Ie client à découvrir un réseau d’énergie et d’émotions qui lui révèlent des aspects de lui-méme sous-jacents et partiellement cachés.

 

Un programme systématique et individuel

 

Puisque chacun de nous a une histoire unique faite de joie et de peine, de succès et d’échec, nous avons chacun notre schéma de défense caractérielle. Pour lâcher notre amure, et commencer à ressentir notre puissance et notre flexibilité, nous avons besoin d’une guidance individuelle, d’un processus de découverte progressive de notre potentiaIité. Le praticien d’Intégration Energétique est là, travaillant simultanément sur la respiration, Ie corps, l’émotion, les pensées, mais aussi en encourageant Ie corps-conscience à se défaire de ses noeuds compliqués.

 

Le processus comporte trois phases, une phase de mobilisation, une plus profonde de confrontation et de résistance, et une phase finale d’intégration.

 

Mobilisation. Dans la phase initiale, Ie praticien aide Ie client à mobiliser et à faire circuler Vénergie et les émotions. Peut-être faut-11 charger les parties qui manquent d’énergie -“nourrir” une poitrine creuse, remplir des jambes maigres, revitaliser des poches de tissu vides. Ou peut être décharger des excès -relàcher des tensions refoulées dans les épaules et Ie cou, encourager un cou raide à se laisser aller, relaxer des fesses contrólées.

 

Relâchement. Une fois que l’énergie est mobilisée, avec plus de charge et de décharge dans la majeure partie du corps, Ie client arrivera sur une résistance plus profonde, la structure subtile et vaste de sa défense caractérielle. Ici, les praticiens respectent les besoins du client, en ne confrontant pas les souffrances les plus profondes tant qu’il n’y a pas de confiance et de sécurité. Le processus graduel de décharge devient de plus en plus complet jusqu’à l’expérimentation du relâchement de l’énergie bloquée profondément, et une prise de conscience plus profonde de ses anciennes structures. Un monde merveilleux de liberté s’ouvre : on se sent présent, en contact avec soi et avec les autres.

Intégration. Les tissus deviennent plus souples, Ie mouvement plus souple. Les émotions se libèrent plus facilement et coulent l’une dans l’autre. Cependant, dans cette phase d’élargissement de réponses et d’actions possibles, il peut y avoir de la confusion. De nouveaux sentiments sont présents et doivent être traduits en comportements quotidiens. De nouvelles idées doivent trouver de nouvelles conclusions. Lorsque nous changeons fondamentalement, du temps est nécessaire pour intégrer Ie nouveau dans l’ancien. Le travail de respiration est maintenant plus facile et plus méditatif. Les mouvements, sensations et émotions sont synchronisés en un délicat flux sensuel connecté.

 

Durant ces phases, Ie praticien emploie un nombre de stratégies variables. Souvent il est important de travailler les segments du haut -ceux autour des yeux, de la bouche et de la gorge-, avant de relâcher les blocages du ventre et du bassin. Si la colère et la tristesse de notre sexualité explosent vers Ie haut du corps sans une voie d’expression libre à travers la gorge, la bouche et les yeux, nous pouvons, avec grande frustration, repousser encore cette bouffée d’émotion et d’énergie vers Ie bas. Une fois que nous pouvons nous exprimer totalement d’en haut, la circulation d’énergie à partir du bas peut être complète. Le désir dans Ie bassin peut rejoindre la réceptivité du coeur dans un cycle complet de circulation d’émotions.

 

La puissance extraordinaire de I’Intégration Energétique est due à la volonté du client et du praticien de travailler de nombreux niveaux en méme temps. Lorsque moi, praticien, je rencontre Ie corps avec mes doigts et mes mains, chargeant et déchargeant l’énergie dans les segments de l’armure, je regarde mon client dans les yeux. Et quand je touche doucement ou que je stimule, je demande à la personne de partager avec un son, un mouvement et des mots ce qui est senti, touché ou pensé. En maintenant Ie contact, ce partage avec Ie praticien peut être flexible, assez pour changer l’intensité du travail et rencontrer les demandes de changement de la personne entière. Praticien et client travaillent ensemble, tantôt physiquement, tantôt avec les mots, tantôt avec la respiration et les sons, en reconnaissant continuellement l’unité physique, émotionnelle et cognitive. du processus. Ce partage est spécialement important si Ie client est aidé à restructurer les anciens comportements rigides du caractère, et à réexpérimenter et accepter ces parties fragiles, puissantes et belles de lui-même, qui ont été reniées depuis la petite enfance.

 

Intégration énergétique et Intégration Posturale

 

L’Intégration Posturale, comme I’Intégration Energétique, est une approche totale, unifiée du travail psychocorporel. Les deux travaillent la respiration, l’émotion, l’esprit, Ie tissu corporel et Ie mouvement pour l’accès à la liberté et à la vitalité de l’individu. L’Intégration Energétique met l’accent sur la libération et l’intégration de l’énergie bloquée dans la structure caractérielle de l’individu. L’Intégration Posturale relâche systématiquement et organise les couches de fascia qui enveloppent Ie système musculaire.

L’Intégration Posturale est un processus graduel : pendant les sept premières étapes, les jambes, Ie bassin, Ie tronc, les bras et la tête sont chacun profondément relâchés, et au cours des trois dernières étapes, ils sont soigneusement remis en harmonie les uns avec les autres. Pendant les mouvements profonds du praticien dans les fascia -avec les doigts, les poings, les jointures et les coudes- un remarquable phénomène apparaît : Ie tissu devient nettement plus souple, plus consistant, élastique, et aussi plus malléable. Ceci peut être ressenti depuis la surface de la musculature jusqu’aux tissus les plus profonds. Avec ce relâchement, Ie corps commence à trouver de nouvelles proportions. Des hanches larges deviennent plus étroites, de petites poitrines s’élargissent, des troncs s’allongent, des visages se relàchent, des fesses se remplissent et s’arrondissent. En même temps, les émotions et les pensées deviennent plus ancrées.

 

L’Intégration Energétique et I’Intégration Posturale sont très semblables dans leurs buts et leurs méthodes. La différence est une question d’accent. Dans I’Intégration Energétique, l’accent est mis sur la régulation du cycle énergétique et la restructuration de la personnalité. Les manipulations du tissu aident à charger ou à décharger les segments de l’armure. Dans I’Intégration Posturale, L’accent est mis sur Ie travail systématique de relâchement et d’organisation des épaisses couches de fascia, sur l’ouverture et l’équilibre de la posture, tandis qu’en même temps, la respiration et l’émotion se libèrent.

 

Les personnes qui sont attirées par un travail profond dans leurs tissus corporels peuvent trouver dans I’Intégration Posturale un point de départ naturel, tandis que d’autres, plus attirées par l’expression énergétique et émotionnelle, peuvent trouver que I’Intégration Energétique leur convient mieux. Dans les deux approches, cependant, il y a finalement une approche unifiée et holistique du corps et de l’esprit, du tissu corporel, de la respiration, du mouvement, des émotions, des pensées et des attitudes.

 

 

Institut pour l’Intégration du Corps-Conscience

Destelbergenstraat 49-51

B-9040 GAND (St. – Amandsberg)

Tel / Fax : +32 9 228 49 11

e-mail: info@bodymindintegration.com

 

 [:]

TOP