Transgressions sexuelles et abus sexuels

Accueil  >  Info center  >  Problèmes and thèmes  >  Transgressions sexuelles et abus sexuels

Qu’est-ce qu’un comportement sexuellement transgressif?

L’abus sexuel est toute forme de comportement sexuellement transgressif, verbal, physique, délibéré ou non. Par exemple, quelqu’un est forcé de subir ou d’accomplir des actes sexuels. Cela va du fait d’être espionné ou de devoir regarder des actes sexuels, de tâtonner et de violer. En cas d’abus, la victime ne se sent pas en mesure de refuser ou de se retirer de la situation. Par exemple, parce qu’une pression psychologique est exercée, parce qu’il y a une relation de pouvoir ou parce que quelqu’un fait l’objet d’un chantage ou est menacé de violence physique. La violence sexuelle dans les relations de couple relève également de la violence sexuelle.

L’abus sexuel est une grave violation de l’intégrité psychologique et physique. En d’autres termes, cela affecte non seulement le fonctionnement psychologique, mais perturbe également la relation avec son propre corps et le contact avec les autres. Le physique devra donc être inclus dans le traitement des conséquences des abus sexuels.

Le fait de subir un comportement sexuellement transgressif en tant qu’enfant est plus qu’une expérience traumatisante grave: après tout, l’enfant est ignoré dans ses besoins les plus élémentaires avec des conséquences profondes sur l’image de soi et l’image qu’il crée du monde. Il est souvent difficile d’imaginer des relations basées sur le respect et la confiance mutuelle.

Cela peut être quelque peu différent pour les personnes qui ont été agressées sexuellement pour la première fois à un âge plus avancé, car elles peuvent se rabattre sur des expériences positives antérieures dans les relations avec les autres.

Les adultes qui ont été agressés sexuellement dans leur enfance ne peuvent pas situer ce qui s’est passé et sont souvent aux prises avec des symptômes physiques et psychologiques sans savoir exactement d’où ils viennent. Après tout, le corps stocke des informations et possède son propre langage, sa propre mémoire et son propre cadre d’interprétation. Ils n’ont parfois que de vagues souvenirs d’une situation décevante et déroutante. L’abus sexuel est une expérience choquante et déroutante en raison de la combinaison de la violence et de l’intimité.

Conséquences des abus sexuels

Les conséquences de l’abus sexuel peuvent être très différentes et dépendent de la nature et de la durée du comportement transgressif. Les personnes qui ont été abusées sexuellement portent souvent une blessure profondément cachée. La croyance que vous êtes le bienvenu aux autres – juste à cause de qui vous êtes – a été violée. La croyance qu’ils ont droit aux soins d’autrui, en particulier aux soins des parents lorsqu’il s’agit d’un enfant, a été ébranlée ou définitivement violée.

Pour la personne concernée, il peut donc y avoir des conséquences graves sur le développement de la personnalité, la confiance au contact des autres et le bonheur dans la vie. Se montrer, s’exprimer, sortir, entrer en contact est plein de honte et de culpabilité. Le sentiment d’avoir provoqué l’abus sur soi-même se produit également. Dans de nombreux cas, les personnes qui ont été maltraitées affichent un comportement autodestructeur, comme la dépendance aux drogues (dures) ou l’automutilation. Il existe également une tendance à rechercher et à défier les dangers, comme dans les comportements sexuels à risque. Les victimes d’abus sexuels à long terme ont parfois perdu conscience de ce qui est approprié dans une situation ou ont le sentiment qu’elles ne peuvent gagner l’appréciation et les faveurs des autres que par le biais du sexe. En conséquence, ils peuvent parfois présenter eux-mêmes un comportement sexuellement transgressif.

Au fur et à mesure que la vulnérabilité augmente, la partie de la psyché qui représente la force, le pouvoir, la capacité de résistance et d’agression est minée. Vous avez souvent une conscience accrue des sentiments des autres après un abus. Il peut y avoir des ré-expériences ou quelqu’un peut avoir le sentiment de ne plus avoir de contact avec son propre corps. Toutes sortes de sentiments jouent ensemble: la colère, la peur, la méfiance envers les autres, le sentiment de ne rien valoir. Devoir s’abandonner au pouvoir de l’autre, être forcé de s’ouvrir physiquement, sape le pouvoir protecteur de l’ego. Une suraccentuation du côté réceptif et vulnérable peut en résulter.

Certains apprennent à cacher leur vulnérabilité derrière une façade de dureté. D’autres survivent grâce à un haut degré de service à l’autre ou à une attitude méfiante à l’égard de la vie. Il se peut aussi que quelqu’un se retire et évite tout contact avec les autres.

Plaintes et symptômes

L’affaiblissement des fonctions de l’ego décrit ci-dessus permet de comprendre qu’un grand nombre de plaintes et de troubles de nature différente peuvent être liés à des abus sexuels. Les émotions effrayantes et déroutantes continuent également à se manifester longtemps plus tard sous forme de sensations physiques et de souvenirs sensoriels.

Sans être exhaustif, un certain nombre de plaintes et de symptômes courants sont décrits ici.

  • La victime peut souffrir du sentiment d’être souillée et violée,
  • la sensation de perte de contrôle,
  • un sens de soi réduit et un doute sur sa propre identité.
  • La capacité de penser, de percevoir et de parler clairement peut être altérée.
  • Des baisses périodiques de la conscience et des tests de réalité diminués, nécessaires pour distinguer le monde extérieur du fantasme, peuvent conduire à des périodes psychotiques.
  • Il y a souvent une aliénation extrême de l’expérience physique.
    • Cela peut entraîner des troubles de l’alimentation; à trop manger comme une tentative de se réconforter avec de la nourriture ou de se débarrasser de la sensation de vide dans l’estomac, tandis que les vomissements du patient boulimique sont également un rituel de nettoyage et peuvent exprimer la culpabilité.
    • La poursuite de l’insuffisance pondérale dans l’anorexie mentale peut être une tentative d’au moins contrôler la nutrition ou de «  se débarrasser  » d’être une femme, tandis que l’intoxication hypoglycémique conduit également à l’oubli et finalement à l’attention des médecins et des hospitalisations.
  • L’abus peut également se manifester par des plaintes physiques ou des plaintes de stress comme des maux de tête, des maux d’estomac ou un appétit perturbé.
  • La stratégie de survie apprise de ne rien ressentir physiquement est peut-être devenue un automatisme quotidien. Cela peut être accompagné de douleurs chroniques, d’une forte tension musculaire dans les muscles du cou, du dos ou du plancher pelvien et de troubles de la fonction sexuelle.
  • L’anxiété chronique, les crises de panique et l’agoraphobie peuvent également être liées à des abus sexuels passés. Parfois, il y a une tendance à libérer des sentiments de colère de manière inattendue et violente, généralement déclenchés par des situations ou des conflits apparemment insignifiants.
  • Le plus souvent, dans un effort pour garder le contrôle, la colère est tournée sur soi-même; impulsif dans une tentative de suicide, apparemment délibéré dans les rituels de nettoyage sans fin et l’automutilation; caché profondément dans la dépression.
  • Souvent, l’automutilation s’accompagne de sentiments illimités d’omnipotence ou de sentiments de libération et de soulagement que le propre corps soit enfin ressenti.

Thérapie pour les problèmes d’abus sexuels

Lorsque l’intégrité du corps a été violée, un contact physique respectueux est indispensable en thérapie. Une approche centrée sur l’expérience (expérientielle) dans laquelle le client est central et l’attention méthodique au corps constitue la base dans laquelle la cognition, l’émotion et l’expérience et l’expression physiques se réunissent dans une méthode systématique (voir par exemple Intégration posturale ou Core Strokes). En plus de l’histoire du client, les éléments suivants servent d’indices: posture et habiletés motrices, symptômes et plaintes physiques, afin que les conflits psychologiques sous-jacents, les besoins non satisfaits et les expériences traumatisantes deviennent plus conscients.

En raison de la manière systématique dont le corps est impliqué dans la thérapie, le client peut constater que son intégrité physique est respectée et que son propre corps peut faire confiance. «En parler» ne suffira pas.

En d’autres termes, le corps comme angle de thérapie vous offre l’opportunité de travailler à travers des conflits émotionnels non résolus du passé, non seulement en les discutant, mais aussi en les revivant et en les exprimant de manière physique. La méthode est basée sur l’hypothèse que le présent est toujours vu à travers les lunettes du passé (Pesso, 1994)

Vous avez aimez cet article ? Partagez-le sur :

Thérapie en séance individuelle

Dirk Marivoet psychotherapist in Belgium

Dirk Marivoet, MSc. est un psychothérapeute européen certifié (ECP). Il a étudié la physiothérapie ainsi que la thérapie psychomotrice à l’Université de Louvain. Depuis plus de 30 ans, il travaille de manière holistique et s’intéresse particulièrement à l’intégration du corps et de l’esprit.

Dirk Marivoet et ses collègues de l’IBI (International Institute of Bodymind Integration) proposent des séances de thérapie individuelle à ceux qui s’intéressent à cette approche corps-esprit.

A Gand (Belgique), Europe, le reste du monde et en ligne.

Restez informés de nos évènements à venir

en vous inscrivant à notre newsletter mensuelle